INTRANET Euskara|Español|English|Français
FONATARI - euskal fonetikaren ataria

Portail de la phonétique de la langue basque

:: Classification ::


Les premières oeuvres littéraires écrites en basque font déjà référence à la diversité dialectale, fondamentalement à cause du besoin des écrivains d'utiliser une variété qui soit accessible au plus grand nombre de locuteurs. Déjà au XVIIIe siècle, le P. Manuel de Larramendi parvint à classifier avec assez de précision la plupart des dialectes, c'est pourquoi il peut être considéré le précurseur de la dialectologie basque. Cependant, jusqu'au XIXe siècle on ne dispose pas d'une classification dialectale complète de la langue basque.

La première étude systématique de tous les dialectes basques fut réalisée par Louis Lucien Bonaparte pendant la deuxième moitié du XIXe siècle. Pour l'élaborer, il se servit des données qu'il avait reccueillies au cours de ses voyages à travers tous les territoires où l'on parlait le basque, de l'information qu'il sollicitait à ses collaborateurs (principalement des traductions des différents patois) et de l'analyse des oeuvres littéraires qu'il acheta, aussi bien manuscrites qu'imprimées.

Bonaparte classifia le basque en 3 grands groupes, divisés à son tour en 8 dialectes, 25 sousdialectes et 50 variétés. En 1863 il transposa cette classification dialectale sur une carte linguistique dans laquelle chaque dialecte a une couleur différente avec les zones dialectales où il y a risque d'extintion, peintes aux tons plus doux. Cette classification a été employée avec de petites modifications, jusqu'à l'actualité, et c'est celle que l'on suit dans ce travail.

La classification bonapartine réunit les dialectes du point de vue historique et méthodologique, en fonction des affinités générales qui les caractérisent, mais comporte logiquement les difficultés propres de la tentative de diviser physiquement un continuum linguistique dans lequel les traits dialectaux s'entrecroisent. Ainsi, une possible délimitation générale entre le Groupe Central (le guipuzcoan, le labourdin et les deux hauts navarrais) et le Groupe Oriental (le souletin) rend plus difficile la classification de deux dialectes, les bas navarrais, au caractère nettement transitoire. Dans le même Groupe Oriental, le dialecte souletin réunit les deux sousdialectes: le souletin et le roncalais, bien que plus tard, chacun d'eux ait été considéré comme dialecte propre; les sousdialectes aezcoan et salazarais, classifiés comme bas navarrais par Bonaparte, conforment une continuité graduelle entre les hauts navarrais et le roncalais.


CLASSIFICATION DIALECTALE DU BASQUE (BONAPARTE, 1869)

GROUPEDIALECTESSOUSDIALECTESVARIÉTÉS
OccidentalBiscaïenOrientalMarkina
OccidentalGuernica, Bermeo, Plencia, Arratia, Orozco, Arrigorriaga, Ochandiano
Du GuipuzcoaVergara,Salinas
CentralGuipuzcoanSeptentrionalHernani, Tolosa, Azpeitia
MéridionalCegama
De NavarreBurunda, Echarri-Aranaz
Haut-Navarrais SeptentrionalDe'UlzamaLizaso
De BaztanElizondo
De las Cinco VillasVera
De'AraquilHuarte-Araquil
De'AraizInza
Du GuipuzcoaIrun
LabourdinPropreSare, Ainhoa, Saint-Jean-de-Luz
HybrideArcangues
Haut-Navarrais MéridionalCis-pampelunaisEgüés, Olaibar, Arce, Erro, Burguete
De'IlzarbePuente la Reina
Ultra-pampelunaisOlza, Zizur, Gulina
OrientalSouletinPropreTardets
RoncalaisVidangoz, Urzainqui, Ustarroz
Bas-Navarrais OrientalCizo-MixainCize, Mixe, Bardos, Arberoue
De l'AdourBriscous,Urcuit
SalazaraisSalazar
Bas-Navarrais OccidentalBaïgorrienBaïgorry
Du LabourdUstarits, Mendionde
AezcoanAezcoa
 
SONS DE LA LANGUE BASQUE|BASE DE DONNÉES |CORPUS ORAUX
Deustuko Unibertsitatea Fonetika Laborategia Bizkaiko Foru Aldundia
:: © FONATARI ::